Connaissez-vous le W de l’expatriation ?

L’expatriation professionnelle est excitante, enrichissante… et avec des hauts et des bas !

Qui peuvent parfois se transformer en « montagnes russes »…

Des hauts et des bas de motivation ? 

Profitez de notre programme de COACHING GRATUIT sur la motivation professionnelle

Pour nous suivre :

Autres vidéos sur l’EXPATRIATION :

Quand devez-vous changer de job ?

Texte


Transcription de la vidéo :

Bonjour,

 

Ici Guillemette Moreau, coach professionnelle et fondatrice de Job Transition Coaching.

Tout changement d‘environnement nécessite une phase d’adaptation, avec souvent une baisse de moral et un certain découragement face à l’adversité, et les difficultés à surmonter, puis une phase haute quand on a vaincu l’obstacle et qu’il est derrière nous. En gros cela fait une courbe en V.

 

Dans le cas de l’expatriation professionnelle, je parle donc ici de l’expatriation à durée limitée – vous avez un contrat de 3,4,5 ans dans un autre pays –  la courbe devient plus souvent un W.

  • Tout d’abord, une arrivée tout feu tout flamme, je suis pleine d’enthousiasme, d’énergie :  emménagement, découverte professionnelle, découverte du pays…
  • Et après quelques mois, souvent un 1er coup de barre : tout cela pour ca ? Finalement, je ne connais pas grand monde et la famille et les amis sont loin.
    Si vous rajoutez des difficultés au quotidien, le moral descend vite. Par exemple, un environnement peu sécuritaire qui réduit votre liberté et vous devez renoncer à votre jogging en pleine nature, même accompagné. Ou simplement le climat qui draine votre énergie, ah le 1er hiver au Québec, la peau des doigts qui craque, on dort mal à cause de l’air ultra sec du au chauffage…
    Bref c’est dur.
  • Et puis la vie sociale se développe, vous trouvez vos marques, vos petites habitudes, et c’est bientôt le milieu de la courbe : phase haute ! Et dans un changement durable comme une immigration réussie, cela peut s’arrêter là.
  • Sauf que dans le cas de l’expatriation dont je parle, c’est transitoire et il faut bientôt penser à la suite et c’est souvent l’occasion d’une 2ème phase basse, avec une nostalgie par avance : je vais devoir quitter le cocon que je viens enfin de créer.
    Et combiné souvent à un stress professionnel et familial : où est-ce que je vais, où est-ce que nous allons atterrir ?
    Parfois aussi, la suite arrive plus vite que prévu et on plie bagages avec une impression d’inachevé.
  • Et puis le projet suivant est là, et c’est reparti !
    Planification, déménagement, nouveau challenge, à nouveau dans l’action, et c’est souvent une phase haute d’énergie.

 

Voilà pour le W, mais quand vous enchaînez plusieurs expatriations de suite, cela peut ressembler à des montagnes russes.

Évidemment c’est schématique et peut-être que vous n’allez pas reconnaître votre expérience. Mais pour ceux et celles qui ont des coups de mou pendant leur expatriation, et aussi pour leurs conjoints, conjointes, pour les enfants d’expat, sachez que vous n’êtes pas seul dans vos hauts et vos bas.

Cela peut aussi vous permettre d’être plus attentif et accueillant par rapport à vos émotions, et plus compréhensif pour les gens que vous allez croiser.

Et si les creux sont trop profonds ou durables, faites-vous aider par un professionnel.

 

Si vous avez vécu des expériences d’expatriation similaires ou au contraire bien différentes, laissez un commentaire sous cette vidéo, cela m’intéresse.

Si cette vidéo vous a intéressé, faites-la suivre à vos collègues ou amis et abonnez-vous maintenant à ma chaîne YouTube.

Je vous souhaite de belles expériences d’expatriation ! A bientôt.

 

Guillemette Moreau, coach professionnelle et fondatrice de Job Transition Coaching

Share This